Le Pâtre Communal
Il rassemblait les vaches de chaque ferme et les conduisait pour la journée dans la prairie du côté du moulin à couleurs. Le midi et le soir, il rentrait au village et ramenait les vaches à chaque ferme pour la traite. Le troupeau traversait le gué. Henry Coffin était pâtre du village en 1741. Nicolas Guissel occupait cette fonction en 1742 en même temps que celle de compagnon papetier au moulin. Jean Louis Meillier était le pâtre de la commune en l'an V de la république (1796). Il était aidé par ses deux enfants Jean Joseph et Marguerite. En 1796, éclata une malheureuse affaire entre le pâtre du village et le papetier. Jean Louis Meillier refusa à cette époque de prendre en charge les vaches du papetier Pierre Pannetier car ils n'étaient pas d'accord sur les conditions de gardiennage. Toutefois, le bétail du papetier rejoignait tous les jours dans la prairie le troupeau communal malgré le refus du pâtre de le prendre en charge. Le pâtre tentait d'ailleurs de chasser le bétail du troupeau communal. Le pâtre s'opposait aussi aux personnes du moulin qui venaient récupérer le bétail. C'était une situation ingérable qui ne pouvait pas durer. Aussi, le conflit dégénéra rapidement car le troupeau du papetier occasionnait des dégâts dans les cultures faute d'être conduit dans de bonnes conditions à la ferme. Par conséquent, les relations entre le pâtre et le papetier se sont fortement dégradées. Le différent prit de l'ampleur. Pierre Pannetier, accompagné de son fils Prosper et d'un ouvrier du moulin Nicolas Charetier, agressa le pâtre Meillier de coups de bâton. Il fut sérieusement blessé. Le médecin Herrier de Cliron dût se déplacer pour le soigner ainsi que son épouse. Cette affaire produisit une agitation dans le village car plusieurs témoins furent entendus dont Richard Noiret, François Michaux, Joseph Deloche, l'aubergiste Gérard Paquit, Jean Nicolas Paris, les enfants du pâtre Jean Joseph et Marguerite Meillier. Denis François Bourland était pâtre vers 1850 jusque 1852. Le dernier pâtre du village serait Félicien Desson qui avait repris la fonction vers 1866. Il remplit cette fonction au moins jusque 1890. Il affirmait que la traversée du gué coûtait plus d'un pot de lait, car les vaches étaient saisies par l'eau froide du Thin. Sources utilisées : état civil, archives départementales (justice de paix, actes notariés), témoignage oral.
[./haudrecypag.html]
[./contactspag.html]
[./l_eglisepag.html]
[./le_chateaupag.html]
[./les_differents_mairespag.html]
[./la_populationpag.html]
[./villagepag.html]
[./anciennespag.html]
[./les_lieux_ditspag.html]
[./la_passion_des_chevauxpag.html]
[./la_fabriquepag.html]
[./un_pays_d_eaux__reservoir_naturelpag.html]
[./le_lavoirpag.html]
[./le_moulin_banalpag.html]
[./photos_de_classepag.html]
[./le_moulin_a_couleurspag.html]
[./la_maison_hussonpag.html]
[./la_prairiepag.html]
[./le_relieurpag.html]
[./le_bergerpag.html]
[./le_patre_communalpag.html]
[./le_charronpag.html]
[./l_aubergistepag.html]
[./le_ferronnierpag.html]
[./le_meunierpag.html]
[./le_manouvrierpag.html]
[./le_sabotierpag.html]
[./le_laboureurpag.html]
[./le_tabletierpag.html]
[./le_tisserandpag.html]
[./les_metiers_du_moulinpag.html]
[./l_autre_regardpag.html]
[./la_vignepag.html]
[./la_demoiselle_de_la_cotepag.html]
[./enigme_2010pag.html]
[./enigme_2011pag.html]
[./telethonpag.html]
[./saint_nicolaspag.html]
[./saint_nicolas_2011pag.html]
[./saint_nicolas_2012pag.html]
[./foret_de_corentinpag.html]
[http://angecoco08.skyrock.com/]
[./la_fete_des_voisins_2010pag.html]
[./repas_des_seniors_2010pag.html]
[./conference_de_jacques_lambertpag.html]
[./course_cycliste_2009pag.html]
[./course_cycliste_2011pag.html]
[./course_cycliste_2012pag.html]
[./a_la_rencontre_des_fossilespag.html]
[./carte_geologique_des_ardennespag.html]
[./etat_civilpag.html]
[./genealogie_de_la_famille_d_arras_d_haudrecypag.html]
[./carte_postal_1912pag.html]
[Web Creator] [LMSOFT]